Le triangle muet – Extrait de Hors du bocal – 31 mars 2021

Le triangle muet.

Texte extrait de Hors du bocal, recueil de nouvelles sorti en 2008.

Les familles des élèves attendaient avec impatience le début de la cérémonie de la remise des prix qui avait traditionnellement lieu tous les ans à la fin de l’année scolaire. C’était le dernier grand rendez-vous avant les vacances d’été. Une estrade était dressée au centre de la cour de l’école. La remise des récompenses était toujours précédée d’un spectacle, longuement préparé et répété depuis plusieurs mois. Les parents et les amis avaient alors le plaisir d’y voir leurs chères progénitures dans des démonstrations de danse, de gymnastique et de musique. Cette année-là, je faisais partie d’un petit groupe et nous devions interpréter un chant accompagné de quelques instruments. Oh, rien de bien compliqué. Il y avait un chœur d’une vingtaine de chanteurs, agrémenté de quelques musiciens bien rudimentaires uniquement percussionnistes : un tambourins, une cymbale, un triangle. J’avais le grand honneur d’être l’un des solistes de cet ensemble et l’on m’avait confié … le triangle. Tout était parfaitement au point et nous devions frapper nos instruments respectifs à des moments bien précis, comme pour dialoguer avec les chanteurs et leur donner la réplique. Les petits coups de triangle, savamment orchestrés, devaient illustrer les gouttes de rosée qui scintillaient dans le soleil du matin. Une petite dame, qui venait du conservatoire, nous avait patiemment préparé à cet exercice qui ne nous posait plus aucun problème. C’était à la fois très beau, très simple et surtout magnifiquement enfantin et émouvant. Nous en avions tous la chair de poule et nous ne doutions pas que nos parent seraient fiers de nous et ressentiraient, eux aussi, de grands frissons.

Le maître de cérémonie, le directeur de l’école, nous appela sur scène et nous présenta. Le public attentif se calma pour nous laisser commencer notre exhibition.

Et les voix s’élevèrent alors dans la douce chaleur de cette fin de printemps. Et le tambourin répliquait. Et les voix reprenaient sous la conduite du chef. Et la cymbale de répondre. Et les voix s’envolaient à nouveau. Et moi, j’avais la main en l’air, tenant la petite tige métallique qui devait frapper le triangle. Et les voix se taisaient et m’attendaient, puis finalement reprenaient car j’avais toujours la main en l’air. Et les voix s’éteignaient à nouveau. Et moi, j’avais toujours la main en l’air, perdu dans je ne sais quelle pensée, absorbé à écouter ces chants si beaux. Les voix me laissaient à nouveau l’initiative mais ma main, tenant encore la petite tige en suspens, refusait toujours de heurter le triangle. On entendait le jour se lever, la nature se réveiller, la vie reprendre après une longue nuit de sommeil. Suivit alors une nouvelle pause dont personne ne comprenait le sens réel, les voix reprirent enfin et terminèrent le chant sur une magnifique note finale. Je n’avais toujours pas bougé, pétrifié d’émotion en écoutant ces chants qui résonnaient dans la profondeur de cette cour d’école. Bien sûr, ce fut un triomphe et tous, soit par favoritisme pour leur enfant, soit par mimétisme avec les voisins, applaudirent à tout rompre.

Je ne suis sûr de rien, mais il me semble que, sous le regard interrogateur et dépité de mes parents, j’ai dû descendre de l’estrade la main toujours en l’air, la petite tige métallique lançant des éclats dans la lumière du soleil printanier, tenant de l’autre main un triangle dont personne, ce jour-là, n’aura entendu le son cristallin. Contrairement à ce qui avait été prévu lors des répétitions, nous avions eu ce jour-là une matinée sans rosée.

L’erreur de trop – Recueil de nouvelles – Michel BRIGNOT

Voici le sommaire de L’Erreur de trop. Si vous voulez découvrir les dix nouvelles du livre, il ne vous reste plus qu’à vous le procurer…

L’Erreur de trop – Prix Louis Pergaud 2020

L’Erreur de trop, sur le site de l’auteur (https://michelbrignot.com/2019/04/06/lerreur-de-trop/), sur le site de Souffle Court Editions (https://www.soufflecourt.com/livres/lerreur-de-trop) ou en librairie.

L’erreur de trop – Prix Louis Pergaud 2020

Authume. 29 novembre 2020. Je l’ai appris ce matin. L’erreur de trop vient de se voir décerner le Prix Louis Pergaud 2020. Une excellente nouvelle qui devrait donner un nouvel élan à la promotion de ce livre sorti en avril 2019.

Pour commander l’ouvrage, vous pouvez aller sur mon site d’auteur (https://www.payfacile.com/products/lerreur-de-trop) ou sur le site des éditions Souffle Court (https://www.soufflecourt.com/livres/lerreur-de-trop).

L’Erreur de trop – Prix Louis Pergaud 2020

L’Erreur de trop – Souffle Court Editions – Décembre 2019

Pour en savoir plus sur mon dernier ouvrage paru en avril 2019 et parce que c’est bientôt Noël : https://soufflecourt.com/livres/lerreur-de-trop

L’erreur de trop

L’erreur de trop – Hebdo 39 – 8 avril 2019

L’erreur de trop

L’erreur de trop

Recueil de nouvelles – Préface d’André Besson – 168 pages – Couverture cartonnée  – Format 14 X 21 cm – Souffle Court Editions – Collection L’Atelier – 2019 – ISBN 9791095642114.

Prix Louis Pergaud 2020

Disponible auprès de l’auteur (https://www.payfacile.com/chemin-blanc/s/lerreur-de-trop), sur le site de Souffle Court Editions (https://soufflecourt.com/livres/lerreur-de-trop) ou dans les librairies régionales.

Sortie le 8 avril 2019.

Toutes ces erreurs dont la vie nous accable. Qu’elle nous impose ou que nous faisons de nous-même. Il en suffit d’une, celle de trop, pour que notre univers bascule.

Loin d’être une fatalité, elles peuvent nous donner l’occasion de prendre une nouvelle direction ou de nous reconstruire une autre vie.

Pour les plus faibles ou les moins chanceux, elles déboucheront sur des drames qui laisseront à jamais des cicatrices avec lesquelles ils devront apprendre à vivre. Pour les autres, elles ne seront que de mauvais souvenirs.

À travers ces nouvelles, j’ai mis en scène des personnages chez lesquels elles ont pris une place qu’ils n’auraient jamais soupçonnée.

Certains d’entre eux en paieront le prix fort…

L’Erreur de trop – Prix Louis Pergaud 2020

Préface d’André Besson

L’art de la nouvelle a toujours été un genre littéraire difficile. D’abord par sa brièveté, son besoin de concision. Celui d’aborder des sujets capables de susciter dès les premières lignes l’intérêt des lecteurs. De capter leur attention. A l’époque romantique, beaucoup de grands écrivains l’ont pratiqué : Victor Hugo, Prosper Mérimée… Mais c’est surtout Maupassant qui lui a donné ses lettres de noblesse.

Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, ce genre s’est bien développé. Louis Pergaud avec « De Goupil à Margot », Jean Giono avec « L’homme qui plantait des arbres », Marcel Aymé avec « Le Passe-Muraille » ont écrit des textes que l’on n’a pas oubliés. Après la Libération, les intellos du monde germanopratin qui imposent depuis Paris leurs goûts en matière d’art et de littérature à l’ensemble du pays ont dénigré la nouvelle. Beaucoup d’éditeurs ont renoncé à en publier. Seule la littérature policière n’a pas été touchée par les oukases des petits marquis de Saint-Germain-des-Prés. Après avoir obtenu, en 1971, le Grand Prix du Roman Policier CIF, j’ai continué à pratiquer cet exercice sous ma signature et divers pseudonymes dans de nombreuses revues spécialisées. Comme lecteur, je me suis toujours intéressé à ce genre littéraire qui commence heureusement à refleurir de nos jours en librairie.

Lauréat du « Prix d’écriture 2015 » décerné par le magazine « Participe Présent » que j’ai eu l’honneur de présider cette année-là, Michel Brignot, médecin pneumologue dolois, m’a adressé son manuscrit intitulé « L’erreur de trop » en me demandant de le préfacer.

J’ai été immédiatement séduit par le travail de cet auteur qui révèle ses grandes qualités humaines et littéraires. Il use d’un style sobre, parfaitement maîtrisé. Ses sujets, très originaux, nous projettent à la fois dans le passé et la vie contemporaine. Beaucoup sont inspirés de faits vécus. En particulier ceux qui relèvent du grand large, de l’océan. L’auteur a une longue pratique de la navigation à voile. Cela se ressent. L’épopée de « La belle sirène » dont l’équipage se trouve confronté à une terrible tempête est une belle évocation de littérature maritime, digne de figurer plus tard dans les anthologies. D’autres récits comme ceux qui se déroulent dans différents pays que Michel Brignot a visités au cours de sa vie sont passionnants, souvent agrémentés d’un brin de suspense. On a hâte d’en connaître la suite en tournant les pages.

Dégustez ce livre pimenté comme un plat exotique. Vous ne le regretterez pas !

L’erreur de trop – Michel BRIGNOT – 8 avril 2019

L’erreur de trop

A paraitre le 8 avril 2019 .

Mon prochain ouvrage va paraitre très prochainement. Sur le thème très large de l’erreur déclinée sous diverses formes. Ce recueil de nouvelles sera disponible auprès de l’auteur, dans les librairies régionales, sur les salons littéraires et auprès des éditions Souffle court.

A bientôt de vous le présenter et de retrouver mes lecteurs !

Recueil de nouvelles – Michel BRIGNOT – Souffle court Editions – Préface d’André Besson – Format 140 X 210 – 168 pages – 18 euros.

L’erreur de trop

L’erreur de trop

Toutes ces erreurs dont la vie nous accable. Qu’elle nous impose ou que nous faisons de nous-même. Il en suffit d’une, celle de trop, pour que notre univers bascule.

Loin d’être une fatalité, elles peuvent nous donner l’occasion de prendre une nouvelle direction ou de nous reconstruire une  autre vie.

Pour les plus faibles ou les moins chanceux, elles déboucheront sur des drames  qui laisseront à jamais des cicatrices avec lesquelles ils devront apprendre à vivre. Pour les autres, elles ne seront que de mauvais souvenirs.

A travers ces nouvelles, j’ai mis en scène des personnages chez lesquels elles ont pris une place qu’ils n’auraient jamais soupçonnée.

Certains d’entre eux en paieront le prix fort…

Et si ? – 29 janvier 2019

Et si mon prochain livre était un recueil de nouvelles ? Et s’il traitait du thème de l’erreur ? Et si l’une des intrigues se déroulait dans le quartier de Montmartre ? Patience !!! Attendez encore un peu !  Vous en saurez un peu plus dans quelques semaines…

Affaire à suivre…

La Brasserie Saint-Jean – Rue des Abbesses

Les escaliers de Montmartre

Cueilleur d’éclats – Souffle court Editions

Après Tamberma paru en 2013, Cueilleur d’éclats est né de la rencontre du sculpteur YaNn Perrier avec douze auteurs de nouvelles. Ces écrivains tous déjà publiés à compte d’éditeur, ont écrit des textes courts inspirés des sculptures de YaNn Perrier.

Ce beau livre publié fin 2018 explore l’oeuvre du sculpteur à travers des textes de fiction illustrés de photographies de Mathilde Vieille-Grisard et Pierre Daviller.

Cueilleur d’éclats – Dans la collection LesGensDe – Format 28 X 28 cm – 140 pages – Préface de Francis Hallé – ISBN 979-10-95642-08-4.

Sortie le 26 octobre 2018.

Cueilleur d’éclats

Les auteurs

Souffle court Editions : http://www.soufflecourt.com

Cueilleur d’éclats – 6 octobre 2018

Authume – 6 octobre 2018

Ca y est, je la découvre ! La couverture de Cueilleur d’éclats que Philippe VIEILLE m’a envoyée ce matin. Je vous la livre. Soyez patients ! Le reste du livre sera disponible le 26 octobre prochain. A suivre…

Cueilleur d’éclats

Petit abécédaire de mes premiers émois

Recueil de nouvelles – Préface d’Albert Meney – Editions du Chemin Blanc – 176 pages – 21 X 16 cm – 2018 – ISBN 9782954185712 – Frais de port gratuit. Disponible auprès de l’auteur, sur le site et dans les librairies régionales.

Petit abécédaire de mes premiers émois

Des souvenirs d’une enfance dijonnaise présentés sous forme de très courtes nouvelles.

Ces premiers émois évoquent une période qui pourra sembler démodée aux plus jeunes mais qui rappellera leur quotidien de l’époque aux lecteurs un peu plus âgés.

Ces souvenirs sont ici traités avec humour ou émotion et présentés sous la forme d’un petit abécédaire agrémenté de quelques citations ou définitions.

Une écriture ciselée, légère, drôle, vivifiante, mais surtout un ouvrage à mettre entre toutes les mains. Il pourrait même être le premier livre de lecture de vos enfants ou petits-enfants.

Petit abécédaire de mes premiers émois de Michel Brignot – Mars 2018

A paraître dans quelques semaines.

Petit abécédaire de mes premiers émois – Editions du Chemin Blanc – 176 pages – 21 X 16 cm – ISBN 9782954185712 – 12 euros. Sera disponible sur le site et dans les librairies régionales.

Petit abécédaire de mes premiers émois

Des souvenirs d’une enfance dijonnaise présentés sous forme de très courtes nouvelles.

Ces premiers émois évoquent une période qui pourra sembler démodée aux plus jeunes mais qui rappellera leur quotidien de l’époque aux lecteurs un peu plus âgés.

Ces souvenirs sont ici traités avec humour ou émotion et présentés sous la forme d’un petit abécédaire agrémenté de quelques citations ou définitions.