Le grand marin de Catherine Poulain

Edité en 2016. France.

Catherine Poulain

Quand Lili Colt arrive à Kodiak, un port de l’Alaska, elle sait qu’elle va enfin réaliser son rêve : s’embarquer sur un de ces bateaux qui partent pêcher au loin. Pour la jeune femme, une runaway qui a fui jadis le confort d’une famille française pour « faire la route », la véritable aventure commence. Le choc est brutal. Il lui faut dormir à même le pont dans le froid insupportable, l’humidité permanente et le sel qui ronge la peau, la fatigue, les blessures…

Seule femme au milieu de ces hommes rudes, au verbe rare et au geste précis qui finiront par l’adopter. A terre, Lili partage la vie des marins, les bars, les clubs de strip-tease, les motels miteux. Quand elle tombe amoureuse du « Grand marin », elle sait qu’il lui faudra choisir entre sa propre liberté et son attirance pour cet homme dont la fragilité la bouleverse.

Le grand marin

Entre Jack London et Marguerite Duras, Catherine Poulain fait entendre une voix unique dans le paysage littéraire français, avec ce magnifique premier roman qu’on devine très autobiographique.

Prix du roman OuestFrance-Étonnants Voyageurs – Prix de la ville d’Asnières – Prix Gens de Mer – Prix Joseph Kessel – Prix Compagnie des pêches – Prix Livre & Mer-Henri Queffélec – Prix Nicolas Bouvier – Prix Pierre Mac Orlan.

Catherine Poulain commence à voyager très jeune. Elle a pêché pendant dix ans en Alaska. Elle vit aujourd’hui entre les Alpes de Haute-Provence et le Médoc, où elle est respectivement bergère et ouvrière viticole. Le Grand Marin est son premier roman.

La vierge froide et autres racontars de Jørn Riel

Edité en 1974. Danemark.

Jørn Riel
Jørn Riel

Den Kolde jomfru og andre skrøner

Il s’agit d’un recueil de dix nouvelles dédiées à Paul-Emile Victor, l’explorateur français qui a contribué le plus à mieux faire connaitre le Groenland, cet immense territoire danois dans lequel Jørn Riel nous emmène ici à travers ses racontars. Dans chacune de ces histoires, l’auteur nous présente des personnages souvent décalés, humains ou animaux, qui rivalisent par leur fantaisie et leur espièglerie. Ici, tout est démesuré, que ce soit la nature vaste et hostile, ou les hommes dont on ne s’étonne plus de leur fâcheuse tendance à se battre ou à s’enivrer à l’excès, car ici, l’hiver est long et il faut bien s’occuper pour tuer le temps. Chaque intrigue se conclut par une situation dont le burlesque n’enlève rien à la poésie. On pourrait presque parler d’humour danois dont les ingrédients sont habilement mêlés ou juxtaposés par l’auteur : de l’amour, du sexe, de la violence, le besoin de festoyer entre amis, la nécessité de survivre au milieu d’une banquise inhospitalière. Et rien de plus  normal que de rendre visite à son ami le plus proche qui vit à plusieurs centaines de kilomètres qu’il faut bien sûr parcourir à traîneau. Rien de plus banal que de plonger un gêneur un peu trop entreprenant dans l’eau glacée au risque qu’il y meure pour le ramener à de plus sages résolutions. Rien non plus d’extraordinaire que de pousser un cercueil sur l’eau, dans lequel est enfermé un mort qui n’est autre qu’un ivrogne en état de coma avancé alors qu’on ne sait plus ce qu’il est advenu du vrai cadavre. Et rien que de plus commun que de vouloir tuer son voisin qui défend ses chiottes dont il garde jalousement la clé attachée autour du cou. Bref, Jørn Riel s’amuse à nous divertir en nous présentant un florilège de tranches de vie à la sauce groenlandaise dont il a le secret.

A lire pour se détendre mais à lire au chaud…

La vierge noire et autres racontars

Jørn Riel est un écrivain danois né le 23 juillet 1931 à Odense.

Il s’est engagé en 1950 dans une expédition scientifique (Lauge koche) pour le nord-est du Groenland, où il passera seize années, notamment sur une base d’étude de l’île d’Ella. De ce séjour, il tirera le versant arctique de son œuvre littéraire, dont la dizaine de volumes humoristiques des Racontars arctiques, ou la trilogie Le Chant pour celui qui désire vivre. Dans ces romans, dédiés à son ami Paul-Emile Victor, Jørn Riel s’attache à raconter la vie des populations du Groenland. Il reçoit en 2010 le Grand Prix de l’Académie danoise pour l’ensemble de son œuvre. Il vit actuellement en Malaisie à la lisière d’une forêt près de Kuala-Lumpur.