Lorsque la vague s’en est allée – Poésies – Table des matières – Mars 2021

Lorsque la vague s’en est allée – Recueil de poésies – 2021 – Table des matières de l’ouvrage

Pour se procurer l’ouvrage, cliquer sur la photographie du livre

Losrque la vague s’en est allée – Poésies – Michel BRIGNOT – 24 mars 2021

Sortie ce jour de mon dernier livre Lorsque la vague s’en est allée, un recueil de poésies inspirées par la pandémie Covid en 2020. Disponible auprès de l’auteur et très rapidement en vente sur mon site.

http://www.michelbrignot.com

Lorsque la vague s’en est allée – Poésies – Michel Brignot

Très bientôt, sortie de mon prochain livre Lorsque la vague s’en est allée, un recueil de poésies. Vous en saurez rapidement un peu plus. Patience !!!

Lorsque la vague s’en est allée

Lorsque la vague s’en est allée

Recueil de poésies – Editions du Chemin Blanc – 2021 – Couverture cartonnée – Format 11 X 18 cm – 112 pages – ISBN 9782954185736 – 9.95 €.

Disponible auprès de l’auteur ou sur la boutique du site.

Préambule

Pendant tout le printemps 2020, la pandémie de Covid-19 a fait des Français un peuple confiné pour tâcher de freiner la progression du virus et limiter les dégâts de cette crise sanitaire doublée d’un séisme socio-économique. Ce fut alors l’occasion de connaitre des instants inoubliables. En tant que médecin, j’ai bien sûr vécu cette période comme soignant, avec ses heurts et ses drames. Mais j’ai aussi succombé aux charmes du virus qui s’est invité sournoisement dans mon organisme. À ce titre, j’ai donc eu une double vision de cette situation.

J’ai profité de cette occasion pour composer quelques poésies, initialement symboliquement au nombre de 19, année d’apparition de ce nouveau virus sur la planète. Elles relataient quelques-uns des moments vécus pendant cette période. Drôles, émouvantes ou plus tragiques, elles sont les poésies de la première vague. Malheureusement, le Covid-19 s’est installé parmi nous. L’été 2020 a été suivi d’une deuxième vague de la pandémie en France qui m’a également inspiré pour écrire d’autres poésies, celles de la deuxième vague.

On sait maintenant qu’il y aura presque à coup sûr une troisième vague dans le sillage des rassemblements humains inévitables des fêtes de la fin d’année 2020. Ce recueil de poésies se veut aussi un témoignage de la vie de ces mois insolites avec son lot d’angoisse et d’espoir. Et après, qu’en sera-t-il ?

Bonne lecture et surtout bon courage à tous !

Michel BRIGNOT

L’auteur

Michel BRIGNOT est né à Dijon en 1957. Pneumologue et médecin du sport depuis une trentaine d’années, il exerce à Dole et Besançon. Grand lecteur depuis toujours, il écrit et est publié depuis 2008.

Membre de l’Association Comtoise des Auteurs Indépendants. Lauréat du prix Jean-Marie Garet pour l’une de ses nouvelles en 2014. Prix Louis Pergaud 2020 pour L’Erreur de trop.

Prochainement, un recueil de poésies… – 13 février 2021

Très bientôt sortira mon prochain livre, un recueil de poésies Lorsque la vague s’en est allée, inspirées de la pandémie pendant l’année 2020. Encore quelques semaines de patience et vous pourrez découvrir l’ouvrage qui sera disponible sur ce site. Pour vous aider à attendre, je vous livre quelques lignes du texte et un mince fragment de la couverture…

La couronne du tyran

Un vieil homme, un enfant, on est en deux mille cent
Installés sur un banc, le vieux caresse lentement
Un morceau de ferraille, on dirait un anneau
Un cercle cabossé qui n’est ni laid ni beau
On ne sait si cette chose avait eu une vie
Avant de devenir cet objet décati
Le vieux a l’air ailleurs, perdu dans ses pensées
Il a le dos voûté, les épaules affaissées…

Les charniers du Brésil – Poésies covidiques – 23 janvier 2021

Les charniers du Brésil

Texte inédit qui devrait figurer dans un prochain recueil de poésies consacré à la pandémie de Covid pendant l’année 2020. D’autres poésies sont prêtes et seront disponibles d’ici quelques mois.

Covid 19 Poésies – Témoignage d’un lecteur – 14 novembre 2020

Covid 19 Poésies

Petit recueil de 19 poésies « covidiques » écrites au printemps 2020 à l’occasion de la première vague. Je vous livre le témoignage d’un lecteur.

Pour vous procurer le livre, cliquer sur la couverture ci-dessous

Covid-19 Poésies

Le chenal du silence – Michel Brignot – 9 novembre 2020

Texte qui m’a été inspiré par le départ du Vendée Globe 2020 dans un chenal pratiquement totalement désert en l’absence du public habituel…

Le chenal du silence

Long cordon rectiligne tourné vers l’océan Fin corridor tendu de la terre à la mer C’est d’ici qu’ils s’en vont en un superbe élan  C’est le chemin que prennent les courageux skippers

Mais Covid veille au grain, laisse planer ses ailes Sur le port et la côte curieusement déserts Les bateaux sagement quittent la passerelle En une lente procession réglée et débonnaire

Un silence inhabituel règne sur le chenal À peine ponctué de quelques cris de mouettes On entend par moment un tapage amical Quelques coups de cuillère sur le fond d’une cuvette

Mais point de folles clameurs, point d’applaudissements Les quais sont vides de monde, dépouillés de public Les façades des immeubles envoient affectueusement Des messages d’amitié aux athlètes nautiques

De larges caliquots, des banderoles plus sommaires Sont là pour faire entendre la voix des absents Les mots sont chaleureux, se passent de commentaires Les marins partiront avec ce sentiment

Que malgré le Covid et le confinement Le peuple est derrière eux et met un point d’honneur À les accompagner jusqu’au dernier moment Jusqu’à ce qu’enfin sonne du dernier adieu l’heure

Ils seront solitaires sous le ciel, sur la mer Mais ils emporteront le silence du chenal Tout nimbé des clameurs et des cris populaires  Que rien ne fera taire, bienveillante chorale.

Dole – 9 novembre 2020 

Les Sables d’Olonne (Vendée). 8 novembre 2020. Les participants du Vendée Globe ont emprunté le chenal de départ devant des pontons et des quais déserts, Covid oblige…

Covid-19 Poésies

Covid-19 Poésies

Un recueil de poésies écrites dans l’atmosphère de la pandémie Covid-19. 19 poésies balayant l’actualité de la crise sanitaire et socio-économique qui a touché la France au printemps 2020.

Plus que des poésies, un regard sur ces journées vécues en tant que soignant et victime du Covid. Un témoignage. Une trace du passage du virus.

Livre broché – Format 12.7 X 20.32 cm – Couverture cartonnée brillante – 51 pages – KDP Éditions – Juillet 2020 – ISBN 978-2-9541857-2-9.

Covid-19 Poésies

« Il avait décidé de traverser les mers
D’aller tuer ailleurs, de ruiner d’autres terres
Ici, il a fallu réapprendre à s’aimer
À rire et à chanter, à croire, à espérer »

Pendant le premier semestre 2020, le virus Covid-19 a balayé la France d’Est en Ouest faisant plus de 30000 victimes. Michel BRIGNOT, médecin en Bourgogne Franche-Comté, a vécu la pandémie en tant que soignant et victime du virus. Dans ce qu’il a observé et dans ce que l’actualité lui a fourni au quotidien, il a trouvé l’inspiration pour écrire ces poésies.

19 textes, comme le Covid-19.

Pour se procurer le livre, cliquer sur l’icône ci dessous

Covid-19 Poésies – Michel BRIGNOT – Juillet 2020

Covid-19 Poésies

Un recueil de poésies écrites dans l’atmosphère de la pandémie Covid-19. 19 poésies balayant l’actualité de la crise sanitaire et socio-économique qui a touché la France au printemps 2020.

Plus que des poésies, un regard sur ces journées vécues en tant que soignant et victime du Covid. Un témoignage. Une trace du passage du virus.

Livre broché – Format 12.7 X 20.32 cm – Couverture cartonnée brillante – 51 pages – KDP Éditions – Juillet 2020 – ISBN 978-2-9541857-2-9.

Covid-19 Poésies

Pour se procurer le livre, cliquer sur l’icône suivante

La rançon du virus – Michel BRIGNOT – 12 juin 2020

Si la leçon pouvait servir à quelque chose…

Le désert d’après…

La rançon du virus

Tout s’écroule, tout se meurt, l’économie défaille
Une fois que des humains le virus s’est lassé
Il poursuit son chemin, grand voleur, vile canaille
Qui ne laisse plus un sou après être passé

Les états sont ruinés, fauchés comme les blés
Qui n’est pas mort hier succombera demain
De famine, de misère, place à la pauvreté
Il y a maintenant pour mille ce qu’il y avait pour un

Une autre maladie s’abat sur les pays
Qui ont du emprunter, se coller des crédits
Sur le dos, les banquiers travaillent jours et nuits
Pour vendre de l’argent même aux plus démunis

Quand Covid sera loin, qu’on l’aura oublié
Il nous restera encore quelques pensées funestes
Pour ce virus infâme qui deux fois aura tué
Une fois par la fièvre, des temps modernes peste

Une autre fois, vorace, en vidant les trésors
En saignant les nations pour n’en laisser plus rien
Il y aura des cailloux quand il y avait de l’or
Les hommes devront apprendre à vivre un peu moins bien

À retrouver le gout des joies originelles
À fondre de plaisir devant un fruit bien mûr
À succomber mollement à cette voix qui appelle
À admettre que moins bien c’est tellement mieux que rien.

Michel BRIGNOT – Authume – 12 juin 2020

Les poils des confinés – Michel BRIGNOT – 6 juin 2020

Les effets collatéraux du confinement pendant la pandémie Covid. C’est pour rire…

Les poils des confinés (déconfinés)

Depuis que les visages du monde ont disparu
Qu’avec les yeux des autres on doit faire bon ménage
Plus de poilus, barbus, hirsutes et moustachus
Les mentons sont cloitrés, enfermés dans des cages

Les bouches sont voilées, étouffées sous un drap
Ne savent plus bailler, parler, rire et crier
Les narines sont privées du plaisir, de la joie
De humer les aromes, les fragrances renifler

Derrière les masques se cachent des systèmes pileux
Des fournis, des touffus, d’autres plus désertiques
Qui ne nous sont plus rien, est ce un jeune ou un vieux
Celui dont la moitié de face nous fait la nique

Tout le monde se ressemble, le masque nous rend glabre
Le tissu nous fait tous des mentons plus que doux
Et des joues aussi lisses que la surface du marbre
Plus de barbes fournies, de poils noirs, blancs ou roux

Lorsque l’heure sonnera d’abattre cet écran
Il y aura de nouveau devant nous des humains
Poilus, barbus, hirsutes, il sera alors temps
De confier ces tignasses aux impatientes mains

Du coiffeur dont les lames, ciseaux fous et rasoirs
Seront restées longtemps planquées et confinées
Le barbier libéré, des fourmis dans les doigts
Se fera une joie de tout égaliser.

Michel BRIGNOT – Authume – 6 juin 2020