On la trouvait plutôt jolie de Michel Bussi

Edité en 2017. France.

Michel Bussi

C’est la première fois que je lisais un roman de Michel Bussi. Bien m’en a pris. Je suis tombé sous le charme de cet écrivain. Son style, bien que simple, est très efficace. Et l’intrigue de ce polar à plusieurs volets m’a tenu en haleine jusqu’à la dernière page.

Du désert sahélien à la jungle urbaine marseillaise, en quatre jours et trois nuits… Un suspense renversant et bouleversant.

“– Qu’est-ce qui ne va pas, Leyli ? Vous êtes jolie. Vous avez trois jolis enfants. Bamby, Alpha, Tidiane. Vous vous en êtes bien sortie. – Ce sont les apparences, tout ça. Du vent. Il nous manque l‘essentiel. Je suis une mauvaise mère. Mes trois enfants sont condamnés. Mon seul espoir est que l’un d’eux, l’un d’eux peut-être, échappe au sortilège.Elle ferma les yeux. Il demanda encore : – Qui l’a lancé, ce sortilège ? – Vous. Moi. La terre entière. Personne n’est innocent dans cette affaire.“

Quelle est le fil qui relie tous ces migrants à cet homme qui a fait fortune en créant une société les aidant à fuir leur pays et à rejoindre la France ?

Qui est le véritable père de Bamby, cet homme dont Leyli s’est retrouvée enceinte sans jamais l’avoir vu ?

Et qui sont ces policiers dont l’intégrité laisse à désirer ?

Et ce maitre d’hôtel dont les souvenirs ne sont peut-être que des inventions de son esprit…

Michel Bussi nous convie dans cette course haletante où vous croiserez la route de tous ces personnages avant d’arriver aux dernières pages du livre sans vous en être rendu compte, tellement le rythme de l’intrigue est soutenu.

A la fin de son roman, Michel Bussi remercie Pierre Perret de lui avoir prêté le titre de sa chanson.

On la trouvait plutôt jolie

Michel Bussi, né le 29 avril 1965 à Louviers dans le département de l’Eure, est un écrivain et politologue français, professeur de géographie à l’université de Rouen, où il a dirigé une UMR du CNRS jusqu’en 2016. Il est spécialiste de géographie électorale.

En janvier 2017, il est selon le classement GFK – Le Figaro, deuxième écrivain français en nombre de livres vendus, derrière Guillaume Musso (plus d’un million d’exemplaires vendus). Il est entré dans ce classement en 2014, à la 8èmeplace (près de 480 000 livres vendus en 2013) puis à la 5ème en 2015 (près de 840 000 livres vendus en 2014), puis à la 3ème en 2016 (plus d’un million de livres vendus).

La saison de l’ombre de Léonora Miano

Edité en 2013. Cameroun.

Léonora Miano
Léonora Miano

Prix Fémina 2013 et Grand Prix du Roman Métis 2013.

Dans ce récit, l’auteur, d’origine camerounaise, retrace le drame qui a touché le village du clan Mulongo en Afrique Centrale. Douze hommes, dix jeunes initiés et deux hommes d’âge mûr, ont disparu sans laisser aucune trace à l’occasion d’un grand incendie. On regroupe alors leurs mères à l’écart du village. Au terme d’une enquête dangereuse et fastidieuse, quelques membres du clan Mulongo retrouvent la trace des douze hommes qui ont en fait été enlevés par leurs voisins, les Bwele, pour être vendus aux étrangers venus du Nord par les eaux, ceux qui sont ont décrits avec des pattes d’oiseaux et qui ont de longs batons crachant du feu et les rendant invincibles. On comprend alors seulement que l’histoire du clan Mulongo vient de basculer dans l’horreur de l’esclavagisme et du commerce triangulaire, faisant des noirs africains le plus banal des objets de troc.

L’écriture est forte, puissante, riche en émotion mais la lecture de ce roman est rendue un peu difficile en raison des très nombreuses références à la société tribale africaine imprégnée de croyances et de mysticisme avec lesquels l’Européen n’est que très rarement familiarisé.

Cette histoire est en fait le rappel d’un des nombreux épisodes d’enlèvement d’hommes noirs de l’Afrique sub-saharienne, arrachés de force à leurs racines pour être échangés comme esclaves contres des marchandises dans le cadre de la Traite transatlantique. L’auteur s’est notamment inspirée de La Mémoire de la capture, enquête réalisée en 2010 par Sandra Nkalé pour évaluer la mémoire de cette Traite en Afrique noire.

La saison de l’ombre

Née à Douala (Cameroun) en 1973, Léonora Miano vit en France depuis 1991. L’intérieur de la nuit, son premier roman publié, fêtera ses dix ans en 2015. Depuis cet ouvrage couronné de plusieurs prix, Léonora Miano a accumulé les récompenses littéraires. A ce jour, plus de dix ouvrages ont été publiés sous sa signature. Son écriture s’attache aux expériences subsahariennes et afrodescendantes, les inscrivant dans la conscience du monde. Elle est le premier auteur de fiction à avoir fait pénétrer les identités afropéennes dans le texte littéraire. C’est aussi à elle que l’on doit La saison de l’ombre, le premier roman qui ait présenté la Traite transatlantique du point de vue intime des populations subsahariennes endeuillées par cette tragédie. En quelques années, cette pionnière des Lettres afrodiasporiques francophones a su tracer un sillon unique.

Bibliographie :
La saison de l’ombre, roman, Grasset, 2013 – Prix Fémina 2013 et Grand Prix du Roman Métis 2013
Habiter la frontière, conférences, L’Arche Editeur, 2012
Ecrits pour la parole, théâtre, L’Arche Editeur, 2012 – Prix Seligmann contre le racisme 2012
Ces âmes chagrines, roman, Plon, 2011
Blues pour Elise, roman, Plon, 2010
Les aubes écarlates, roman, Plon, 2009 – Trophée des arts afro-caribéens 2010
Soulfood équatoriale, nouvelles, Nil, 2009 – Prix Eugénie Brazier (coup de coeur) 2009
Tels des astres éteints, roman, Plon, 2008
Afropean soul, nouvelles, Flammarion, 2008
Contours du jour qui vient, Plon, 2006 – Prix Goncourt des lycéens 2006, Prix de l’Excellence camerounaise 2007
L’intérieur de la nuit, Plon, 2005 – Prix Louis Guilloux 2006, Prix René Fallet 2006, Prix Montalembert du premier roman de femme 2006, Prix Grinzane Cavour 2008 (pour la traduction italienne, catégorie : premier roman étranger). Ce roman est inscrit au programme scolaire camerounais depuis l’année 2010, pour les classes de seconde.

Léonora Miano a reçu le Grand Prix Littéraire de l’Afrique noire pour l’ensemble de son oeuvre, en 2012.

Distinctions diverses :
Chevalier des Arts et des Lettres (France), 2014
Prix littéraire de la Porte dorée, Présidente du jury, 2014
Martin Luther King Jr. – Cesar Chavez – Rosa Parks Visiting Professorship, University of Michigan Ann Arbor, octobre 2012
Invitée d’honneur de la ville de Nantes, mai 2012
Membre du comité de parrainage du Prix Ouest France Etonnants Voyageurs, 2011 à ce jour