Il pleut sur la ville – Michel BRIGNOT – 3 novembre 2022

… À qui on a volé ce qu’il a de plus cher La maison s’est vidée de ce pauvre matou À qui il ne restait plus une once de chair Pauvre squelette errant, claudiquant jusqu’au bout J’écoute quelques phrase d’une romance de Schumann Qui accompagnent l’âme de notre cher T….. Sa souffrance n’est plus, il est passé, il plane Dans l’éther merveilleux d’un monde loin de nous…

Pour écouter les Trois romances Opus 28 de Robert Schumann, cliquer sur la photographie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s