La rançon du virus – Michel BRIGNOT – 12 juin 2020

Si la leçon pouvait servir à quelque chose…

Le désert d’après…

La rançon du virus

Tout s’écroule, tout se meurt, l’économie défaille
Une fois que des humains le virus s’est lassé
Il poursuit son chemin, grand voleur, vile canaille
Qui ne laisse plus un sou après être passé

Les états sont ruinés, fauchés comme les blés
Qui n’est pas mort hier succombera demain
De famine, de misère, place à la pauvreté
Il y a maintenant pour mille ce qu’il y avait pour un

Une autre maladie s’abat sur les pays
Qui ont du emprunter, se coller des crédits
Sur le dos, les banquiers travaillent jours et nuits
Pour vendre de l’argent même aux plus démunis

Quand Covid sera loin, qu’on l’aura oublié
Il nous restera encore quelques pensées funestes
Pour ce virus infâme qui deux fois aura tué
Une fois par la fièvre, des temps modernes peste

Une autre fois, vorace, en vidant les trésors
En saignant les nations pour n’en laisser plus rien
Il y aura des cailloux quand il y avait de l’or
Les hommes devront apprendre à vivre un peu moins bien

À retrouver le gout des joies originelles
À fondre de plaisir devant un fruit bien mûr
À succomber mollement à cette voix qui appelle
À admettre que moins bien c’est tellement mieux que rien.

Michel BRIGNOT – Authume – 12 juin 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s