La vérité sur la maladie de Lyme du professeur Christian Perronne

Edité en 2017. France.

Professeur Christian Perronne

Ce livre n’est ni une fiction ni un roman ni un polar. Alors que fait il ici sur ce blog littéraire ? Que fait ici ce livre a priori très technique tel un intrus parmi les autres ?

Tout simplement parce qu’il est porteur de messages forts et essentiels que j’ai eu envie de relayer ici, parce que son contenu m’a plu, parce que j’ai aimé la démarche de l’auteur et parce que je voudrais que beaucoup le lisent à leur tour.

Le professeur Christian Perronne, infectiologue reconnu, chef du service d’infectiologie de l’hôpital universitaire Raymond Poincaré de Garches, a voulu ici témoigner de son expérience de la maladie de Lyme, maladie infectieuse transmise par les morsures de tiques infectées sur laquelle il travaille depuis de nombreuses années. Ce livre, facile à lire et remarquablement documenté, illustré de nombreuses anecdotes, est un véritable “pavé dans la mare“ qui dénonce une imposture épidémiologique et un véritable scandale sanitaire. D’abord, alors que les malades sont de plus en plus nombreux, les diagnostics sont souvent difficiles voire impossibles à établir du fait d’une sérologie (diagnostic sur une prise de sang) qui reste négative en raison d’une calibration délibérément faussée de la technique. Et comme l’écrit le professeur Perronne : sans diagnostic, pas de malade et donc pas de problème. Mais aussi, ce flou diagnostique se double d’un laxisme voire d’un vide thérapeutique puisqu’on pourrait très facilement traiter et guérir les malades pour peu qu’on leur administre des antibiotiques à la bonne dose et sur une durée suffisante dès le stade initial d’érythème migrant. Mais là encore, ce point n’est pas admis par les instances officielles et par les autorités mondiales en matière d’infectiologie qui préconisent des traitements trop peu dosés et trop courts, inefficaces, exposant le malade à des rechutes ou à l’évolution vers la forme chronique de la maladie. Et la liste des aberrations dénoncée par Christian Perronne est longue. Que ce soit au sein des malades en souffrance profonde qui sont dans une véritable impasse dont ils ne peuvent sortir, certains en arrivant même à envisager le suicide tellement la vie leur devient insupportable. Que ce soient les présentations diverses de la forme chronique de la maladie de Lyme que l’on assimile trop souvent et trop hâtivement à des maladies psychosomatiques ou psychiatriques. Que ce soit le déni permanent et calculé des instances infectiologiques internationales qui persistent à rester sourdes et aveugles au fléau sanitaire parfaitement pointé depuis longtemps par le professeur Perronne et quelques autres. L’auteur évoque même de nombreux cas de maladies chroniques mal ou non expliquées (idiopathiques comme disent les médecins) qui ne sont pour lui que des formes atypiques ou méconnues de crypto-infections (certains cancers, la sclérose en plaque, les maladies inflammatoires intestinales, la maladie d’Alzheimer…) et qu’on pourrait guérir au prix d’un traitement antibiotique bien ajusté et prescrit très tôt dans l’évolution de la pathologie. Mais là encore, le lobbying pharmaceutique fait front et se bat pour qu’on ne le prive pas de cette manne financière que sont ces malades chroniques condamnés à un traitement médicamenteux à vie.

Enfin, l’auteur cite de nombreuses références bibliographiques sur cette question de la maladie de Lyme et notamment des ouvrages écrits par des malades.

 

La vérité sur la maladie de Lyme

La vérité sur la maladie de Lyme  apparait comme un thriller dont les victimes innombrables, d’abord mordues par les tiques “serial killers“ sont ensuite livrées à la bêtise d’une communauté médicale qui refuse de se remettre en question et enfin abandonnées à leur triste sort. Comme l’écrit Christian Perronne, parce que “le système refuse de voir qu’il y a des gens qui souffrent et des gens qui savent les soigner.“

Le livre se termine heureusement sur une note d’espoir avec la perspective que les  crypto-infections soient enfin reconnues et traitées comme il se doit et que les crypto-infectiologues puissent enfin exercer au grand jour sans craindre d’être persécutés ou sanctionnés. La Fédération française contre les maladies vectorielles à tiques (FFMVT) regroupe maintenant les représentants des malades avec un conseil scientifique composé de médecins et de chercheurs.

Bravo au Professeur Christian Perronne qui continue de se battre et qui a le courage de mettre sa compétence et son dynamisme au service de tous ces malades qu’on continue d’appeler des patients alors qu’ils auraient de bonnes raisons de ne plus l’être.

Et merci à Benoit Chevrier de m’avoir permis de le rencontrer et de l’entendre lors de sa venue à Lons-le -Saunier le 11 février 2017 dans le cadre des Rencontres de Lyme.

Le professeur Christian Perronne est chef de service en infectiologie à l’hôpital universitaire Raymond Poincaré de Garches, faculté de médecine Paris – Île-de-France Ouest. Il a été président de plusieurs instances médicales et scientifiques, notamment du Collège des professeurs de maladies infectieuses et tropicales. Il a été vice-président d’un groupe d’experts sur la vaccination à l’OMS.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s