Adios Hemingway de Leonardo Padura

Edité en 2007. Cuba.

Leonardo Padura

Dans le jardin de la Finca Vigia, la maison-musée d’Ernest Hemingway, on déterre un cadavre portant l’insigne du FBI. Ce cher Ernest serait-il l’assassin ? Pas facile d’enquêter après tant d’années, surtout sur un écrivain de cette stature, qui vous inspire des sentiments ambigus d’admiration et de haine. Mario Conde, l’ancien flic, prend son courage à deux mains et exhume le souvenir de ce monstre sacré, généreux, odieux, inoubliable.

Leonardo Padura donne ici la parole à l’écrivain et à tous ceux qui l’ont connu lors de son séjour à La Havane pour faire de ce roman un hommage biographique posthume à Papa, celui qui est devenu un mythe sur l’ile. Cette enquête n’est en fait qu’un prétexte pour nous emmener sur les traces du vieil homme grand amateur d’armes et de combats de coqs. déclinant et se sentant gagné par la maladie. Le policier retrouve et interroge quelques survivants nostalgiques de cette époque pour lesquels la culpabilité d’Hemingway parait impossible. Certes, il était volontiers irascible et fougueux mais savait aussi se montrer tellement généreux. Et si tous s’était trompé sur la véritable personnalité d’Ernesto ?

Alors où s’arrête la réalité et où débute la fiction ?

Adios Hemingway

A vous d’en décider en suivant l’enquête de Mario Conde.

Merci à Eric Tavernier, récemment revenu de Cuba, de m’avoir fait découvrir ce roman.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s