Le vieux saltimbanque de Jim Harrison

Edité en 2016. USA.

Jim Harrison
Jim Harrison

C’est le dernier roman dont nous a gratifié Big Jim avant de tirer sa révérence le 26 mars 2016. Adoptant un ton délibérément irrévérencieux à son égard, Jim Harrison avait hésité à l’intituler Le Vieux bâtard. Il s’agit bien sûr d’un récit autobiographique qui nous raconte la vie d’un paysan éleveur de cochons, grand buveur et épicurien dans les limites élastiques de ses possibilités. Comme l’auteur, il s’est retrouvé accidentellement borgne dans sa jeunesse. Jim Harrison nous dépeint la vie de cet homme dans un style la fois riche et vivant, ponctué de bons mots paillards, le déroulement de ses journées entre une femme qu’il n’arrive plus à aimer et les charmantes rencontres du voisinage, bien trop rares à son gout, et à qui son sexe fatigué ne peut plus rien offrir.

La vie coule tout simplement au fil des pages, Jim Harrison nous livrant les états d’âme et les réflexions de ce paysan poète et rêveur qui se prend d’affection pour ses cochons mais se consume à l’idée qu’on les tue pour les manger. L’enterrement de la petite Alice, sa jeune truie morte bien trop tôt, est un grand moment d’émotion empreint de douceur et de nostalgie. Jim Harrison fait encore ici preuve d’une magnifique finesse de plume qui contraste avec la rudesse de son apparence.

Le vieux saltimbanque

Et ce livre, le testament littéraire de Jim Harrison, fourmille de détails cocasses ou touchants sur les moeurs du paysan : son besoin d’écrire tous les jours, sa manie de faire des poésies à propos d’évènements les plus insignifiants, les inconvénients d’avoir un gros ventre qui rend la vie compliquée, l’inspiration littéraire qui n’est jamais tant là que lorsqu’il cède à ses envies de manger, la disparition de sa sexualité le condamnant à aller s’asseoir sur ce qu’il appelle amèrement “ le banc des bites mortes “, l’affection renaissante du couple lors de la mort du meilleur ami du paysan. L’auteur justifie à chaque fois les dérapages de son personnage. Mieux, à travers son héros qui n’est autre que son alter ego, Jim Harrison revendique ses écarts de conduite pour faire de ses défauts des qualités rares en voie d’extinction.

Avant de nous quitter, Jim Harrison a peint ici un dernier tableau d’une Amérique rurale haute en couleur. Ce roman et ces mémoires sont le témoignage d’une époque qui sera bientôt révolue.

Jim Harrison
Jim Harrison

Jim Harrison, nom de plume de James Harrison, né le 11  décembre 1937 à Grayling dans le Michigan et mort le 26 mars 2016 à Patagonia en Arizona.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s