La renverse d’Olivier Adam

Edité en 2016. France.

Olivier Adam
Olivier Adam

La renverse.

Ce moment où la marée change de sens. Où la basse mer redevient pleine mer ou bien alors l’inverse. C’est ici cet épisode tragique d’une vie qui la fait brutalement basculer et qui plonge toute une famille dans les abimes de la discorde et de l’éclatement.

Cette histoire commence par l’enterrement de Jean-François Laborde, éminent homme politique qui présidait aux destinées de la petite ville de M. Il a connu les plus hautes sphères du système avant d’être mis au ban par ses pairs. L’auteur nous renvoie plusieurs années en arrière lorsque Jean-François Laborde est accusée d’avoir eu des relations sexuelles forcées avec deux femmes de modestes conditions, avec la complicité de sa maîtresse, Cécile, la mère d’Antoine qui se souvient et qui raconte. Antoine qui était jeune et qui a vécu de l’intérieur, presque sans s’en rendre compte, ce drame social en n’ayant à peine conscience que sa famille était alors au coeur d’une injustice flagrante. Jean-François Laborde utilise tout son pouvoir, son charisme et sa fortune pour se sortir de cette situation scabreuse et pour le moins embarrassante. Finalement, il arrive sans peine à se disculper en jouant sur le fait que les deux plaignantes ne sont pas crédibles et ne veulent que profiter d’une situation ambiguë pour lui nuire ou lui soutirer de l’argent. Elles sont pauvres, psychologiquement fragiles et, ce qui finit de les rendre hautement suspectes et même coupables aux yeux de tous, immigrées. Les charges qui pèsent contre elles sont telles que l’une va finir par se suicider et l’autre être internée en milieu psychiatrique. Jean-François Laborde devra juste faire une croix sur ses brillantes ambitions politiques mais restera maire de la tranquille petite ville de M.

Olivier Adam nous décrit ici un système social dont l’horreur n’a d’égal que l’implacable fonction de destruction de tout ce qui ne rentre pas dans le moule. Cécile, la mère d’Antoine, deviendra alors une maitresse répudiée et sera aussi jetée aux oubliettes. La famille d’Antoine devra se renconstruire comme elle pourra, sans réel succès. Camille, le frère d’Antoine, s’enfuira de cette fange puante pour aller vivre au Canada. Curieusement et presque en miroir de sa mère, Antoine entamera une relation compliquée et presque virtuelle avec Laetitia, la fille de Jean-François Laborde, dont le comportement n’est pas très clair puisqu’elle oscille en permanence entre la condamnation sans appel de son père et la facilité de profiter des largesses de sa famille. Celle-ci finira aussi par quitter Antoine et partira sans plus d’explication.

La fin de ce roman nous laisse tout de même espérer des jours meilleurs pour Antoine qui ne devra son salut qu’en partant très loin, le plus loin possible de ses parents à qui il il n’aura jamais pardonné d’avoir fait semblant de tout accepter sans chercher à bouleverser ce microcosme social et politique qui les aura anéantis.

Antoine pourra repartir dans une nouvelle vie, une vraie vie qui ne commencera que lorsqu’il aura fait le deuil de sa précédente.

La renverse
La renverse

La renverse est une magnifique analyse de notre société avec tout ce qu’elle peut comporter de monstrueux et de destructeur et dans laquelle l’homme n’est qu’un pion. Olivier Adam pose ici un regard aiguisé sur la famille, univers réduit de notre monde, qui subit les mouvements de la marée et qui ne résiste pas à la renverse…

Dans une écriture riche et subtile, qui décrit superbement les diverses facettes de l’âme humaine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s