Le brave soldat Chvéïk de Jaroslav Hašek

Edité en 1923. Tchéquoslovaquie.

Jaroslav Hašek
Jaroslav Hašek

Au lendemain de la première guerre mondiale, Jaroslav Hašek a écrit cette histoire d’un brave homme qui se trouve plongé dans le conflit au lendemain de l’assassinat de l’Archiduc François-Joseph à Sarajevo. Il est empreint d’un tel patriotisme qu’il passe son temps à clamer haut et fort ses convictions citoyennes et à beugler sa ferveur et son impatience à aller mourir pour son pays à la moindre occasion, alors que tous ses congénères rivalisent d’ingéniosité pour échapper à la guerre et à l’enrôlement en simulant qui une maladie, qui une infirmité. La candeur et la naïveté du soldat Chvéïk sont tellement déroutantes que tous le prennent au premier abord pour un abruti ou un sombre crétin, voire pour un calculateur qui a sûrement de mauvaises intentions. Mais non, il faut se rendre à l’évidence, Chvéïk est bien un brave gentil, réellement innocent, un peu demeuré et Hašek lui donne la parole pour dénoncer, caché derrière sa candeur, tous les travers et les défauts des hommes, des sociétés et des gouvernements de l’époque. Il ne devient malgré lui momentanément malhonnête que par pur altruisme et pour aider gratuitement son prochain comme lorsqu’il chasse le créancier de l’aumônier ou qu’il vole un chien pour l’offrir à son maître. C’est évidemment très drôle mais aussi bougrement politique car Hašek est habile et se sert de Chvéïk comme d’un bouffon qui pointe toutes les aberrations du monde qui l’entoure, finalement en toute impunité. Il finit même par s’attirer la sympathie de ses supérieurs, illustrant par là le fait bien établi que la félicité est bien l’apanage des simples d’esprit. Chvéïk va même plus loin car, alors que tous pensent que le désordre politique sera éphémère, il prédit le conflit européen en parfait visionnaire. Le soldat Chvéïk finira par vraiment partir à la guerre et l’on suppose que sa gentillesse et sa bonté le protégeront dans toutes les situations même les plus périlleuses.

Le brave soldat Chvéïk

Un récit satirique très bien écrit dans lequel on peut retrouver un peu du père Ubu et du sapeur Camember et qui permet aussi de mieux comprendre les rouages et le climat de cette période trouble de l’histoire du monde.

Jaroslav Hašek (30 avril 1883 – 3 janvier 1923) est un romancier, humoriste et journaliste libertaire d’origine tchèque, rendu célèbre par son chef-d’oeuvre satirique, le Brave Soldat Chvéïk. Il représente, avec Franz Kafka, le renouveau littéraire pragois du XXème siècle. Hašek, alcoolique et dépressif, se caractérise par un style littéraire populiste expliquant entre autre son succès.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s