La fête de l’insignifiance de Milan Kundera

Edité en 2014. France.

Milan Kundera
Milan Kundera

Dans ce court roman de seulement quelques chapitres, Milan Kundera nous emmène dans ses réflexions sur l’ambivalence de la vie actuelle. A travers quelques scènes aux titres plus prophétiques les uns que les autres, il nous prouve, situations à l’appui, qu’une existence sérieuse et même trop sérieuse peut rapidement dégénérer en une farce légère et comique qui ne fait que prolonger et poursuivre la gravité du moment d’avant.

Avec des mots justes et emprunts de beaucoup de philosophie, d’une sagesse apprise au contact du monde qui nous entoure, Milan Kundera arrive à rendre ce petit traité très accessible et agréable à lire.

Et finalement, qui pouvait mieux parler de l’insignifiance de la vie que celui qui avait si bien parlé de l’insoutenable légèreté de l’être…

Ce livre revisite le sérieux et lui donne un visage éminemment plus humain…

La fête de l’insignifiance

Milan Kundera, né le1er avril à Brno (Moravie), est un écrivain français d’origine tchèque. Ayant émigré en France en 1975, il a obtenu la nationalité française en juillet 1981. Il a écrit ses premiers livrés en tchèque mais écrit désormais exclusivement en français.

Il a obtenu de très nombreux littéraires. Son nom a été cité plusieurs fois sur les listes du Prix Nobel de littérature. Son oeuvre est traduite dans une trentaine de langues.

Romans écrits en tchèque

  • La Plaisanterie [1967], traduit du tchèque par Marcel Aymonin, Paris, Gallimard, « Folio », 1985.
  • Risibles Amours [1968], traduit du tchèque par François Kerel, Paris, Gallimard, « Folio », 1986.
  • La vie est ailleurs [1973], traduit du tchèque par François Kerel, Paris, Gallimard, « Folio », 1973.
  • La Valse aux adieux [1973], traduit du tchèque par François Kerel, Paris, Gallimard, « Folio », 1986.
  • Le Livre du rire et de l’oubli [1978], traduit du tchèque par François Kerel, Paris Gallimard, « Folio », 1985.
  • L’Insoutenable Légèreté de l’être [1984], traduit du tchèque par François Kerel, Paris, Gallimard, « Folio », 1987.
  • L’Immortalité [1990], traduit du tchèque par Eva Bloch, Paris, Gallimard, « Folio », 1990.

Romans écrits en français

  • Jacques et son maître, hommage à Denis Diderot (théâtre)
  • L’Art du roman, Paris, Gallimard, « Folio », 1986 (essai).
  • Les Testaments trahis, Paris, Gallimard, 1993 (essai).
  • La Lenteur, Paris, Gallimard, « Folio », 1995.
  • L’Identité, Paris, Gallimard, 1997.
  • L’Ignorance, Paris, Gallimard, 2003.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s