La place d’Annie Ernaux

Edité en 1984. France.

Annie Ernaux
Annie Ernaux

Prix Renaudot 1984.

Dans ce court roman très autobiographique, Annie Ernaux, professeur de Lettres modernes, nous parle de son père et de sa vie dans la campagne normande. Cet homme aux origines modestes qui est parvenu à se grandir socialement et à offrir un certain confort matériel à sa famille. Ouvrier devenu petit commerçant, il avait pour sa fille les ambitions intellectuelles qu’il n’avait pu lui-même satisfaire. Mais l’homme mûr, à la fin de sa vie, n’arrive pas à combler ce fossé qu’il a creusé entre lui et sa fille devenue étudiante puis professeure, ce complexe incurable dont il souffre et qui va agrandir la distance entre eux deux. Les atmosphères familiales et quotidiennes, les sentiments de chacun, y sont remarquablement peints, dans un style à la fois sobre et très descriptif.

Une très belle histoire écrite simplement et dans laquelle on comprend toute une époque, celle de l’après-guerre, des “Trente glorieuses“, où tout semblait possible au prix de sueur et de travail.

La place

Annie Ernaux a reçu le prix Renaudot 1984 avec ce livre qui constitue l’un des piliers de son oeuvre autobiographique.

Annie Ernaux, de son vrai nom Annie Duchesne, naît le 1er septembre 1940 à Lillebonne, mais passe son enfance à Yvetot, en Normandie. Issue d’un milieu social modeste, elle fait des études en lettres, devient professeure certifiée, puis agrégée de Lettres modernes. Son premier roman, Les Armoires vides (1974), annonce déjà le caractère autobiographique de son oeuvre. Mêlant l’expérience personnelle à la grande Histoire, ses ouvrages abordent l’ascension sociale de ses parents (La Place, La Honte), son mariage (La Femme gelée), sa sexualité et ses relations amoureuses (Passion simple, Se perdre), son environnement (Journal du dehors, La Vie extérieure), son avortement (L’Événement), la maladie d’Alzheimer de sa mère (Je ne suis pas sortie de ma nuit), la mort de sa mère (Une femme) ou encore son cancer du sein (L’Usage de la photo, en collaboration avec Marc Marie), construisant ainsi une oeuvre littéraire “auto-socio-biographique“.

Historique des prix reçus :

  • 1984 – Prix Renaudot, La Place
  • 2008 – Prix Marguerite-Duras, Les Années
  • 2008 – Prix François Mauriac de la Région Aquitaine, Les Années
  • 2008 – Prix de la langue française, l’ensemble de son oeuvre
  • 2014 – Docteur honoris causa de l’université de Cergy-Pontoise

Bibliographie complète : 

  • Les armoires vides (1974)
  • Ce qu’ils disent ou rien (1977)
  • La femme gelée (1981)
  • La place (1983)
  • Une femme (1988)
  • Passion simple (1991)
  • Journal du dehors (1993)
  • Je ne suis pas sortie de ma nuit (1996)
  • La honte (1997)
  • L’événement (2000)
  • La vie extérieure (2000)
  • Se perdre (2001)
  • L’occupation (2002)
  • L’usage de la photo (2005)
  • Les années (2008)
  • Écrire la vie (2011)
  • L’autre fille (2011)
  • L’atelier noir (2011)
  • L’écriture comme un couteau, entretien avec Frédéric-Yves Jeannet (2011)
  • Retour à Yvetot (2013)
  • Regarde les lumières mon amour (2014)
  • Le vrai lieu, entretiens avec Michelle Porte (2014)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s