En un monde parfait de Laura Kasischke

Edité en 2009. USA.

Kasischke

Jiselle, trente ans et toujours célibataire, hôtesse de l’air, croit enfin découvrir l’amour en rencontrant Mark Dorn, séduisant pilote de ligne, veuf et père de trois enfants, Camilla, Sam et Clara. L’intrigue se déroule sur fond de pandémie de fièvre de Phoenix, un syndrome viral hémorragique arrivé des USA et s’étendant progressivement à toute la planète. Des mesures de protection sont prises et isolent peu à peu le pays qui devient alors un tumulte permanent où chacun se bat pour sa survie et celle de sa famille.

Puis Mark disparait, officiellement retenu  par des mesures sanitaires en Allemagne d’où il ne peut revenir, laissant Jiselle seule avec les trois enfants et les difficultés relationnelles que cela entraîne. Mauvais coup du destin ou nouvelle échappatoire de celui qui semble finalement n’être qu’un homme à femmes ?

Ce roman inspire une terreur sourde dont l’intensité augmente au fil de la lecture, nous laissant sans réponse sur l’avenir de cette famille recomposée et condamnée à mourir ou à survivre… “la durée de cette nuit et la fin d’un monde parfait“…

En un monde parfait

Née en 1961 à Grand Rapids, dans l’État du Michigan, Laura Kasischke fait des études supérieures à l’Université du Michigan. Elle devient ensuite professeur de langue anglaise et d’écriture au Residential College de l’Université du Michigan à Ann Arbor (Michigan).

Elle amorce sa carrière en littérature par la parution de plusieurs recueils de poésie dans les années 1990, certains publiés par les presses de l’Université du Michigan, d’autres ayant connus une parution dans des revues ou gagné de nombreux prix littéraires, dont le Hopwood Awards.

En parallèle à son activité de poètesse, elle devient romancière à partir de 1997 et la parution de À Suspicious River (Suspicious River), dont l’intrigue, où se développe une sourde menace, n’est pas s’en rappeler, en dépit d’un style plus détaché, les œuvres de Joyce Carol Oates. Ce récit est adapté sous le même titre au cinéma par la réalisatrice canadienne Lynne Stopkewich en 2000.

Un second film, La Vie devant ses yeux (The Life Before Her Eyes), d’après son roman de même titre, est réalisé en 2008 par Vadim Perelman, avec Uma Thurman et Evan Rachel Wood. Son roman cinquième roman, À moi pour toujours (Be Mine), publié en 2007, devient un best-seller national aux Etats-Unis.

Laura Kasischke a reçu la Bourse MacDowell et la Bourse Guggenheim en 2009.

Elle vit actuellement à Chelsea, dans le Michigan, avec sa famille.

Ses ouvrages, bien accueillis en France, sont traduits chez Christian Bourgeois éditeur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s