Dernière nuit à Twisted River de John Irving

Edité en 2009. USA.

John Irving
John Irving

Twisted River, cette rivière fougueuse qui n’en finit pas d’engloutir des imprudents et de provoquer des drames humains. Tout débute au sein de la communauté des bûcherons et des draveurs, ces hommes qui travaillent à former et conduire les longs trains de bois sur la rivière. C’est là que vivent le petit Daniel et son père, le veuf Dominic Baciagalupo dit Cuistot dont la femme a péri noyée quelques temps plus tôt en voulant danser sur la glace. Mais une nuit, leur dernière nuit à Twisted River, le jeune garçon tue accidentellement d’un coup de poêle à frire la compagne d’un soir de son père qu’il avait confondu avec un ours, tant dans l’ombre la femme robuste et massive avait l’aspect d’un plantigrade. Le père et son fils doivent alors s’enfuir et se cacher pour éviter la vengeance du mari de la morte, Cow-boy, homme caractériel, rusé et cruel qui va vouloir les traquer sans fin. Dans leur fuite, ils trouveront toujours le soutien de leur ami Ketchum, un bûcheron sang-mêlé à moitié indien qui vit juste en compagnie de son chien.

Même si ce roman commence parfois drôlement comme les précédentes oeuvres de John Irving, l’auteur en fait rapidement une histoire grave dans laquelle il nous partage ses réflexions sur la solitude, les rapports filiaux, les tourments de la vie d’écrivain, les états d’âme de l’Amérique moderne. L’intrigue se déroule sur une cinquantaine d’années. L’histoire contemporaine des USA y est fort bien relatée, marquée par le drame vietnamien et la réaction libérale.

Mais l’ombre de Cow-boy plane toujours en trame de fond. Le père et le fils, dont les itinéraires vont ensuite se croiser à de multiples reprises, devront mettre un terme à leur longue cavale. Et Ketchum conclut à sa façon cette épopée dans laquelle la nature tient une place prépondérante.

Tout à la fin du roman, John Irving, devenu pour la circonstance l’écrivain Daniel Baciagalupo, nous invite même  dans sa quête d’un titre pour le premier chapître de son nouveau roman qui se passe au bord de la Twisted River, celui-là même qu’on est en train de lire…

Dernière nuit à Twisted River

Et la boucle est bouclée avec ce malicieux clin d’oeil de John Irving qui signe ici une très belle saga humaine, naturelle et américaine.

John Winslow Irving est un romancier et scénariste américain né le 2 mars 1942 à Exeter dans le New Hampshire. Il a longtemps hésité entre sa carrière d’écrivain et celle de lutteur dans laquelle il se révélait fort doué. C’est son quatrième roman Le Monde selon Garp, paru en 1978, qui l’a rendu internationalement célèbre. Il s’est vu récompensé en 2000 par un Oscar du cinéma pour le scénario de l’Oeuvre de Dieu, la part du Diable adapté de son sixième ouvrage. Aujourd’hui, il partage son temps entre ses résidences dans le Vermont, Toronto et New-York.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s