Le chien d’Ulysse de Salim Bachi

Edité en 1993. Algérie.

Salim Bachi
Salim Bachi

Prix Goncourt du premier roman 2001.

Hocine, un jeune Algérien étudiant à Cyrtha, parcourt les rues de la ville en compagnie de son ami Mourad. Au cours d’une soirée enfumée, les deux hommes évoquent leurs voyages passés.

Quittant au petit matin la promiscuité de l’appartement où il vit avec sa famille, Hocine rejoint Mourad à la gare de Cyrtha où ils se donnent rendez-vous chaque matin pour prendre le train les conduisant à l’université. Les deux étudiants se rendent d’abord chez leur professeur de littérature, Ali Khan, car ce dernier doit leur présenter son ami d’enfance, le journaliste Hamid Kaïm, puis ils rencontrent un haut dignitaire de l’armée désireux de les enrôler.

Hocine regagne ensuite seul l’hôtel où il travaille comme réceptionniste mais, y apprenant son renvoi, il se met à errer dans la ville… Il finira par se retrouver au poste d’où le tire un étudiant devenu policier, terminant la soirée au milieu d’une jeunesse sans repères abusant du shit et de l’alcool dans une boîte de nuit peuplée de sirènes accortes. Et l’Odyssée hallucinée de cet Ulysse algérien s’achèvera dans la nuit, une nuit où seul Argos reconnaîtra son maître qui rejoindra ces constellations qui dansent dans le ciel et racontent l’histoire éternelle des hommes.

Ce livre est le récit d’une déambulation dans la cité imaginaire de Cyrtha réunissant trois villes algériennes sous un vocable à connotation grecque évoquant la Cirta numide : Constantine bâtie sur “son rocher en pain de sucre“ et ses ponts enjambant les ravins, Annaba et sa banlieue – où grandit l’auteur, ouverte sur “la mer infinie et écumeuse“, ainsi qu’Alger dont sont évoquées l’université et la gare. C’est également un voyage dans l’histoire et la société algériennes et ses remous socio-politiques, un monde qui a perdu tout repère et qui se retrouve en mal de présent et d’avenir. Il est enfin une tribune dans laquelle s’expriment tour à tour les principaux protagonistes de cette odyssée dont Hocine est l’Ulysse.

Le chien d'Ulysse
Le chien d’Ulysse

Ce roman se déroule sur une unique journée – quatrième anniversaire de l’assassinat du Président Boudiaf – et s’inscrit dans un univers où s’enchâssent et se répondent plusieurs histoires. Cette épopée tragique qui tourne mal pour son héros, est ainsi celle d’un pays livré à la cupidité des prétendants et au fanatisme, celle d’une génération perdue et d’une jeunesse plongée dans l’enfer qui cherche sa place dans un monde auquel Salim Bachi tente de donner un sens ou dont il cherche à éclairer le non-sens. Pour dire la violence de l’Algérie, l’auteur s’inspire de l’épopée satirique de Joyce, s’employant à revivifier les mythes en les parodiant et en inversant les rôles, en montrant des héros d’une  banalité commune et des monstres bien humains.

Salim Bachi nous sert cette odyssée dans un style contrasté, à la fois très poétique et presque mythologique, mais également contemporain, réaliste, parfois drôle et décalé, mais alors tellement désabusé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s