Fils du soleil de Jack London

Edité en 1912. USA.

Jack London
Jack London

Souvenir du Salon du Livre de Mer de Concarneau – Avril 2014

De retour de sa croisière à travers le Pacifique Sud, Jack London, qui vient de publier Martin Eden (1909) et Radieuse Aurore (1910), compose, sous la forme de huit nouvelles, ce véritable « roman » des mers du Sud – soit le récit haut en couleur des aventures de David Grief, dandy de la bourlingue et capitaine du Wonder (La Merveille), qui mène un commerce houleux avec ses contemporains plus ou moins civilisés : un gaillard policé mais rude – il sait très bien rendre la monnaie d’une pièce – qui va se trouver aux prises avec tous les malfrats, escrocs, toqués, alcooliques et trafiquants du Tropique… Où London adresse un filial hommage à Stevenson (celui de L’Ile au Trésor et du Trafiquant d’épaves), mais aussi au Daniel Defoe de Robinson Crusoé. Et où Michel Tournier, préfacier, retrouve les traces de son Vendredi…

Fils du soleil

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s